Bienvenue sur cette page.
Vous trouverez ici des liens vers des documents
PDF et Open Office Writer, qui pour l'essentiel
reprennent des discussions du site.
 

 U n texte sous forme purement électronique et orientée Web n'est pas toujours satisfaisant, j'ai donc décidé de proposer des textes dans des formats adaptés aux liseuses et à l'impression – PDF et traitement de texte Open Office (liens en bas de page).

J'ai tendance à écrire mes pages Internet au fil du clavier, leur intégration dans des documents imprimables m'a conduit à les relire et les corriger. C'est loin de la perfection mais plus serré et avec moins de fautes d'inattention, de syntaxe ou d'orthographe et avec moins de coquilles.

Ces documents reprennent des textes longs (jusqu'à cent pages) ou courts (quelques lignes à quelques pages). Dans une version antérieure de cette partie du site j'avais ordonné ces documents de manière plus détaillée, l'augmentation de leur nombre m'amène à une liste brute, plus rapide et plus simple à réaliser. Quelques précisions :

  • Les documents sont dans deux formats et dans deux formes :
    • “OpenOffice” indique des fichiers de traitement de texte, “française” et “italienne” sont des documents PDF ;
    • Les fichiers “OpenOffice” et “francaise” sont au format à la française, ou portrait, ceux avec la mention "italienne" sont à l'italienne, ou paysage ;
    • Les documents à la française sont lisibles ou imprimables tels quels ;
    • Les documents à l'italienne des “brochures” conçues pour une impression recto-verso de manière à constituer un petit fascicule de format A5 ;
    • Par expérience, certains logiciels proposent deux possibilités pour une impression recto-verso, je ne me rappelle pas les noms mais du moins, l'une imprime les deux côtés dans le même sens, l'autre imprime le verso dans le sens inverse du recto, ce qui n'est pas très pratique pour la lecture...
    • Certains documents ont deux versions, ceux avec la mention "img" comportent des images, ceux avec la mention "nu", et bien, n'en comportent pas. Sauf quelques-unes, qui figurent dans les versions sans images, ces illustrations n'ont pas de rapport avec le contenu, elles sont là pour l'agrément (j'aime faire de la photo et quelquefois n'y réussis pas trop mal), elles n'ont pas de rapport particulier avec les textes illustrés, si parfois elles ne sont pas sans liens. Les versions nues économisent l'encre en cas d'impression ;
    • Certains documents comportant la mention "couv" sont des couvertures séparées, valables pour les versions illustrées ou nues, en cas d'impression ;
    • Certains de ces documents indiquent le nombre de textes qu'ils comportent, tous indiquent leur nombre de pages. Bien entendu, ce nombre doit être divisé par deux en cas d'impression recto-verso.

    L'accès à ces documents se fait par cette page.



J'imagine beaucoup. Entre autres, qu'un jour prochain ce site gagne en notoriété, éveille l'attention, que certaines personnes trouvent de l'intérêt et parfois de la pertinence à certains textes qu'on y peut lire. De mon point de vue j'y écris peu de choses originales, je ne m'en sens pas “l'auteur” si par là on entend “le créateur”, j'en suis plutôt l'inventeur dans l'acception première de « personne qui trouve, qui découvre quelque chose », ou mieux, un “inventeur de trésor”, une « personne qui trouve par hasard un trésor sur le terrain d'autrui et qui acquiert ainsi le droit d'en posséder la moitié » (repris du TLFi). Ce trésor rassemble à la fois le génie de l'espèce – tout ce qu'inventent ou créent les humains par leur travail ou leur imagination – et le génie de la langue. J'en suis comme tout les humains le dépositaire, comptant le nombre d'humains vivant et puisque nous le partageons tous j'en peux revendiquer au plus la six ou sept milliardième partie. Il faut savoir rester humble, ce qui pour moi signifie non pas, pour citer encore le TLFi, « Qui s'abaisse volontairement (à faire quelque chose) en réprimant tout mouvement d'orgueil par sentiment de sa propre faiblesse », acception très “chrétienne” (pas vraiment chrétienne sinon au sens le plus courant), mais “près du sol”, près de l'humus, comme l'indique l'étymologie latine. Il faut savoir rester à sa propre hauteur, et la hauteur de tout humain c'est près du sol, aussi haut serait ce sol.

La hauteur de tout humain est aussi au-dessus du sol, aussi bas serait ce sol.